Recherche

La motricité fine, base de l’autonomie de l’enfant

  /  Education positive   /  La motricité fine, base de l’autonomie de l’enfant
Motricité fine

La motricité fine, base de l’autonomie de l’enfant

Attraper, pincer, dessiner, écrire, utiliser des ciseaux, tous ces gestes précis et coordonnés sont le propre de l’homme. La motricité fine englobe ainsi les actions des mains et des doigts, le sens du toucher et la coordination avec les yeux. Des actions que nous menons au quotidien sans nous en rendre compte… Elle commence à se développer tout bébé (réflexe d’agrippement) et va devenir de plus en plus précise au fil des âges, en apprenant à utiliser des outils eux aussi plus complexes. 

Indispensable au bon développement des enfants, elle va leur permettre de poser les bases de leur autonomie. C’est en effet lorsqu’ils peuvent maîtriser des mouvements précis, que les enfants deviennent capables de réaliser tous seuls les tâches simples du quotidien. Leur totale dépendance initiale se transforme en une progressive autonomie qui renforce leurs confiances en eux et limite les frustrations si fréquentes à ces âges. La motricité fine est ainsi une pratique essentielle d’une éducation positive.

 

Développer la motricité fine pour être autonome

Entre trois et cinq ans le jeune enfant est en pleine conquête de son autonomie. Après une phase intense d’opposition, l’enfant découvre le pouvoir du faire, en reproduisant ce que les adultes font autour. C’est en faisant que l’enfant apprend et commence à mieux comprendre le monde. En laissant les enfants être acteurs de leurs gestes, nous les aidons à gagner confiance en eux et à réduire les crises de frustrations liées à la fréquente impossibilité d’agir « comme les grands ». 

Apprendre à réaliser des petites tâches de la vie quotidienne est très gratifiant. Les premiers jouets d’imitation sont toujours plébiscités par les enfants qu’il s’agisse de la dinette, des faux fruits et légumes à couper, des poupées ou du bricolage. 

Mais passés 3 / 4 ans, l’action dans la vraie vie est beaucoup plus captivante et formatrice. C’est d’ailleurs une des bases de la méthode Montessori : l’autonomie d’apprentissage s’apprend par l’autonomie du faire, et donc par la réalisation d’activités de la vraie vie avec un but réel, comme celles du transvasement par ex.

méthode montessori

Des activités pour développer la motricité fine

La motricité fine se pratique au quotidien au moyen d’activités pratiquées à l’école ou à la maison : découpage, coloriage, peinture, jeux de construction, exercices avec les mains, etc. Dans nos jeux de construction par exemple, les enfants vont travailler la coordination et la musculature fine de leur main en pliant, mettant en volume, modulant les décors. Chaque étape leur permet de travailler avec précision, concentration et coordination l’ensemble de la musculature de leur mains. Aidez-les en leur montrant les manipulations une première fois s’ils en ont besoin, et laissez les ensuite s’entrainer seuls pour qu’ils deviennent autonomes et qu’ils gagnent en habileté manuelle. La répétition des gestes a toute son importance dans l’apprentissage : c’est en répétant seul que l’enfant ancre un savoir de façon durable. 

Vidéo motricité fine

Les activités du quotidien sont également un très bon moyen de s’exercer aux activités de dextérité manuelle. Faire ses lacets et des boucles, ouvrir ou fermer une fermeture éclair, tenir ses couverts, ouvrir et fermer des boîtes, verser de l’eau, se laver les mains, laver la table, ouvrir et fermer des pinces à linge… Variez les activités et transformez les en jeu pour que les enfants s’y attellent plus volontiers !

La motricité fine assure un rôle déterminant dans la mise en place des apprentissages clés et son usage est permanent, à l’école comme à la maison.

En travaillant cette faculté, les enfants gagnent en autonomie. Et fiers de l’indépendance qu’ils conquièrent, ils développent aussi confiance en eux, autodiscipline, autonomie, et persévérance. Il est donc primordial de les laisser faire par eux même, une aide extérieure leur est bénéfique si et seulement si ils en ont réellement besoin. Une fois les habiletés manuelles de base bien établies, l’apprentissage de nouvelles tâches est facilité. L’enfant qui a donc acquis tôt les bases de la motricité fine, peut apprendre avec moins d’efforts et plus d’efficacité des fonctions plus complexes et précises. Finalement il va pouvoir se révéler à lui-même car il sera en mesure de choisir par lui même les activités créatives et manuelles qui lui plaisent, et d’arriver à l’écriture plus sereinement.

X

Envoyez cette page à un ami

La motricité fine, base de l'autonomie de l'enfant
https://fabulabox.com/la-motricite-fine-base-de-lautonomie